Voyager en direction de Dunhuang

Urumqi

Avant de me rendre à Dunhuang , je fais un stop à Urumqi. L’hôtel pour voyageurs ou je comptais dormir a fermé ses portes ! La chasse à la chambre d’hôtel routard est à nouveau ouverte. Je trouve mon bonheur prêt de la poste après plusieurs refus. Cette ville qui fut, il y a longtemps, une halte pour caravane est devenue une petite ville de plus de trois million d’habitants, couverte de building de verre et de béton.
Toutefois, à part le musée, pas grand-chose à voir.

Dunhuang, voyage au milieu du sable

A Dunhuang touristes chinois equipés star war
En arrivant aux pieds des dunes de Dunhuang j’ai cru que je voyageais dans un remake des tout premiers épisodes de Star War. Croisant des gens dans un équipement des plus bizarres.
Après le coup de masse à l’entrée, 110 Y , le deuxième m’attend. La carte postale perd tout son charme quand on découvre ce qu’est en réalité le lac du croissant de lune : une grosse flaque d’eau à 200 mètres de la route cachée par un tas de sable. Oui vendu comme ça , c’est moins romantique.

Dunhuang temple du lac du croissant de lune
lac du croissant de lune

Les grottes de Mogoa : ce n’est plus un coup de masse, mais deux ! La Disneylisation a fait son effet sur ces grottes. Tout a été réaménagé pour rendre l’accès plus facile. Escaliers et rampes en ciment, nouvelles portes qui ferment à clé et façades refaites en ciment.
De plus, pas possible de faire la visite seul, il faut suivre le troupeau. Car c’est vraiment en troupeau qu’il faut suivre le petit drapeau du guide qui vous a été attribué et à son rythme. Les photos sont interdites, sauf dehors, mais il n’y a rien ! Le désert autour n’est pas accessible non plus.
Je dépeins un tableau plutôt noir, mais malheureusement c’est juste la vérité. Même si les puristes me diront le contraire.
Toutefois je n’ai toujours pas perdu espoir de trouver une perle rare dans cet immensité. Mais ce n’est pas le fort de Jiayuguan , avec en fond d’ecran une centrale thermique, et de sa horde de guerriers prête à en découdre, perche à selfie à la main, ni les vingt bus alignés à Zhangyé qui vont me faire changer d’avis.
Xining Chine

Xining puis la visite de Guidé

Guidé, une petite ville taille humaine repensée pour accueillir les touristes. Cependant même avec sa proximité avec le parc national la mayonnaise n’a pas prise. De plus là aussi, mieux vaut se renseigner avant sur les possibilités de logement. Beaucoup d’établissements sont interdits aux voyageurs étrangers. En conséquence il ne nous reste que les plus chers.
En fait le plus judicieux est de se faire déposer par le bus venant de Xining . Faire la visite de Guidé. Filer à la gare routière et rentrer par le prochain bus.

Depuis quelques jours, je me pose une question : comment allier répression et tourisme, sécurité intérieur et liberté, surveillance et plaisir ?
Mon côté français, un peu rebelle à l’autorité, ressort de plus en plus !

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Annuaire de liens 1two