L’ex-Yougoslavie ou Balkans ?

Le mot Balkans est souvent employé à tort pour désigner les pays de l’ex-Yougoslavie. La Roumanie et la Bulgarie, par exemple en font, elles aussi parties. Je vais donc juste vous parler de la péninsule balkanique. A ne pas confondre avec un célèbre couple de politique.

Comme d’habitude, ceci est mon avis personnel et n’engage que moi. Je débroussaille seulement un peu le terrain.
Il n’y aura par conséquent ni de plages ni cocotiers !

Vieille ville de Dubrovnik vue de la forteresse. ex-Yougoslavie

Les « Balkans » sur le devant de la scène touristique

Il y a trente ans, la Yougoslavie éclata. Les différents conflits morcelèrent l’état communiste du maréchal Tito en petites entités indépendantes.
Au fil des ans ce côté de la côte Adriatique est devenu une nouvelle destination à la mode. Tout y est réuni pour attirer le touriste européen en quête de décor mer et montagne méditerranéen.
Lorsqu’on décide de visiter cette région du sud de l’Europe, le plus difficile est de choisir sa porte d’entrée. Tous possèdent un ou plusieurs aéroports internationaux et même pour certains accès maritimes.


Alternative aux pays du Maghreb en proie aux perpétuels désaccords sur la gestion de la Covid, certains de ces pays des Balkans ont vu leur population touristique décupler cet été. Ce fut le cas de la Croatie et du Monténégro.
La Slovénie quant à elle, se tient à l’écart du tourisme de masse. Elle se classe en 2016 et 2018 comme la nation la plus écologique du globe.

Pour les autres, ils trainent encore comme un fardeau leur image laissée par la guerre.

Le celèbre pont de Mostar reconstruit.ex-Yougoslavie

Les guerres de Yougoslavie

Rapide rappel des faits :

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, Josip Broz Tito met en place un régime communiste indépendant de Moscou en Yougoslavie. Unifiant ainsi l’ancien royaume en une fédération de six « états », la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Slovénie, la Macédoine, la Serbie et le Monténégro. Deux autres régions étaient autonomes, le Kosovo et la Voïvodine. Tout en conservant le pouvoir central à Belgrade.

Tito disait : La Yougoslavie a six Républiques, cinq nations, quatre langues, trois religions, deux alphabets et un seul parti.

A sa mort en 1980, chaque république devait assurer une présidence tournante par mandat d’un an.
L’essoufflement du communisme fit renaitre l’idée nationale dans certaines régions du pays comme la Croatie ou la Serbie. Entre 89 et 92, plusieurs républiques proclament leur indépendance.

Devenu chef de l’état, Slobodan Milosevic renforce son influence au Monténégro et au Kosovo.

En 90 l’arrivée au pouvoir de Franjo Tudjman à Zagreb attise encore un peu plus la tension entre Serbes et Croates.

• La Slovénie

A la fin de la même année, le parti nationaliste slovène vote pour faire sécession. Il sera le premier pays à devenir indépendant après la guerre des 10 jours contre l’armée fédérale yougoslave.

• La Croatie et la Serbie

En mai 1991 c’est le oui qui l’emporte au cours du referendum en Croatie.
Milosevic s’y oppose. Outre le fait que la région soit de loin la plus riche du pays, une bonne partie de sa population est serbe. Craignant de devenir minoritaire, une guerre civile éclate qui verra la Croatie perdre un quart de sa surface.

• La Bosnie-Herzégovine

En 92, c’est au tour de la Bosnie-Herzégovine de déclarer son indépendance. S’ensuit un conflit entre bosniaque et croate de Bosnie, contre les Serbes de Bosnie de Radovan Karadzic avec le siège de Sarajevo, le massacre de Srebrenica et les épurations ethniques.
Fin 92 les deux alliés s’opposent et débute alors la guerre croato-bosniaque.
Ce n’est qu’après les accords de Washington en 94 que les deux frères ennemis, avec le soutien de L’OTAN, repoussèrent les Serbes de Bosnie.

• Le Kosovo

Dans l’ex-Yougoslavie, le Kosovo, berceau albanais du peuple serbe, bénéficiait d’un statut autonome.
En 1989, l’homme fort de Belgrade révoqua cette souveraineté. Ce qui donna lieu à des affrontements avec la police.
Les Albanais non soumis commencèrent à perdre leur emploi dans les entreprises publiques. Oublié aux accords de Dayton, le Kosovo mit en place un régime parallèle non reconnu par les Serbes et Ibrahim Rugova fut élu  » président ».

En 96, l’UCK, l’armée de libération du Kosovo, est créé.
La répression contre le peuple albanais durera jusqu’à ce que la campagne de bombardement de l’OTAN oblige les troupes serbes à se retirer.
Le Kosovo est alors administré par l’ONU jusqu’en 2008 date de la proclamation de son indépendance. Ce que n’a toujours pas accepté Belgrade.
D’ailleurs à ce jour, les tensions entre les deux ethnies n’ont pas encore disparu.

Les murailles de Kotor. ex-Yougoslavie

La péninsule balkanique pays par pays

A l’instar de l’Espagne, de la Grèce ou du Portugal, les pays balkaniques sont aujourd’hui des destinations touristiques populaires bien que, mais certaines soient encore peu connues.

La Croatie

Entrée dans l’UE en 2013, la Croatie est devenue sans conteste le pays le plus fréquenté de la région. Outre son littoral de 4000 km et ses centaines d’iles, la république croate est traversée par les alpes dinariques qui s’étendent de l’Italie à l’Albanie. Véritable terrain de jeux pour les aventuriers de tous poils offrant d’incomparables paysages et des vues imprenables. De la randonnée pédestre, VTT, canyoning jusqu’à la pèche à la mouche.

Les multiples occupant du royaume lui on permit d’acquérir un riche patrimoine tant architectural que gastronomique. Les amateurs des monuments préhistoriques, grecs, romains, médiévaux, de la Renaissance et l’âge moderne jusqu’au XIX et XXe siècle ne seront pas déçus.
La cuisine croate se compose d’un concentré influences méditerranéennes, grecques, turques, italiennes ou espagnoles ainsi que de notes hongroise, autrichienne, ou roumaine.

La Slovénie

La visite de la Slovénie,  » la petite Suisse des Balkans » et premier pays vert du monde, peut se faire à n’importe quelle période de l’année. Elle offre aussi bien des activités hivernales comme le ski alpin ou de fond, que des randonnées pédestres, des sports d’eau vive ou de cycling le long du Bike Slovenia Green .

Sa richesse culturelle comblera les amoureux de vieilles pierres notamment le château de Ljubljana, Château d’Otocec au sud ou le Manoir de Dobrovo à la frontière italienne .

Le Monténégro

Encore peu connu jusqu’à très récemment, le Monténégro a vu sa fréquentation pulvérisée cette année. Politiquement stable, Crna Gora, littéralement le mont noir en référence aux forêts sombres qui recouvraient autrefois les Alpes dinariques devient le nouvel eldorado méditerranéen.

Avec un système de taxe des plus compétitifs d’Europe, des démarches de création d’entreprises simples et rapides, le plus petit pays de l’ex-Yougoslavie attire de plus en plus les investisseurs étrangers.                                                          Malgré un littoral très accidenté, son débouché sur la mer est essentiellement axé vers le tourisme. Surnommé le Monaco de l’Adriatique, Porto Monténégro est devenu en quelque année le nouveau point de chute de la jet set des pays de l’Est.

La Serbie

Destination authentique, mélange de culture et de religion d’Europe, d’Orient et de méditerranée, la Serbie résiste quant à elle au tourisme de masse. Sur le modèle de ses voisins, les vacances en pleine nature y ont la part belle. Entre Danube et montagnes, monde musulman, catholique et orthodoxe, le pays des portes de fer bénéficie d’un héritage riche et varié dont certains sites sont classés au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO.

C’est aussi une destination prisée par les fêtards pour ses nombreux festivals rock, jazz ou pop-électro comme EXIT à Novi Sad au nord de Belgrade.

La Bosnie-Herzégovine le Kosovo et l’Albanie

Régions du monde toujours fragilisées, l’Albanie le Kosovo ou la Bosnie restent des destinations peu connues des touristes européens.

La Bosnie, un des plus meurtris, est un pays de montagnes et de forets avec pour inconvénient majeur la présence de mines dans la campagne. Moins fréquentée, elle a l’avantage d’être la destination le meilleur marché de l’ex-Yougoslavie.

L’Albanie, « le pays des aigles » et le Kosovo : ici s’arrête les vacances hôtel/piscine ! Les infrastructures ne sont pour l’instant pas très développées. La corruption et les difficultés administratives freinent encore les investisseurs étrangers.
Loin de l’image dangereuse que l’on peut s’en faire, ses deux pays ont retrouvé leur douceur de vivre et s’empressent de vous la faire partager.

Cevapi bosniaque
Strudel à la cerise

Questions pratiques :

Comment s’y rendre

Depuis la France, plusieurs liaisons aériennes sont assurées tous les jours vers les capitales.
Flexibus dessert la Slovénie, la Croatie et la Serbie.
Des ferries partent de l’Italie pour l’Albanie, le Monténégro et la Croatie.

L’argent

Les monnaies sont différentes dans tous ses pays ou presque
Le Kuna (KN) en Croatie
Le Dinar serbe (RSD) en Serbie
Le Mark bosniaque (KM) en Bosnie-Herzégovine
L’euro en Slovénie, au Kosovo et au Monténégro
Le Lek albanais (AL) en Albanie
Et le Denar macédonien (MKD) en Macédoine

La plupart du temps, lors de vos paiements, si petits soient ils, ont vous demandera si vous souhaitez payer en cash ou en carte.

Gastronomie yougoslave à tester :

  • Les Bureks: petits feuilletés en pâte filo fourrés à la viande ou au fromage
  • Les punjene paprike : poivron farci à la viande et au riz
  • Les cevapis : petit rouleau de viande hachée, grillée, servie dans un pain pita avec des oignons crus et de l’ajvar ou du kajmac
  • L’ajvar : compotée de poivrons et d’aubergines
  • Le kajmac : fromage frais plus ou moins crémeux
  • Le kremšnita : sorte de mille feuilles avec beaucoup plus de crème
  • Štruklji Slovènes : gâteaux en pâte filo roulés et cuits à la vapeur
  • Les viandes à la broche, le saucisson d’ours, les carniolans sausage, les aubergines au four façon moussaka, le strudel à la cerise …
  • Les bières locales LAV, Yelen, Sarajessko, Union, Ozujko, Nilsicko…
  • Rakija, eau de vie de prune, de coing, de raisin…

Comment se loger :

Le plus courant est la location chez l’habitant.
Les plateformes de réservations hôtelières habituelles fonctionnent dans tous les pays de l’ex -Yougoslavie.

Le Danube à Belgrade. ex-Yougoslavie

Ses pays des Balkans tentent de s’imposer de plus en plus comme des destinations pour l’écotourisme. Tous les voyageurs peuvent y trouver leur bonheur.
Prêt(e) à déconnecter ? Vous n’avez plus qu’à choisir parmi l’une de ces destinations !
Voici quelques endroits à visiter sur la Carte PDF à télécharger.

 

Laisser un commentaire